Communauté de communes du Nord Champenois

Vous êtes ici

Historique

SI POUILLON NOUS ETAIT CONTE....

POUILLON FAIT PARTIE DU MASSIF DE SAINT THIERRY

C’est en 496, le soir de Noël, en récompense du baptême reçu, que Clovis fit don du Massif de Saint Thierry à Saint Remi.

Le massif situé au nord-ouest de Reims constitue le prolongement le plus septentrional de la Champagne viticole. Il est bordé par le Canal de la Marne à l'Aisne à l'est, par la Vesle au sud et par l'Aisne au nord. Les expositions sont majoritairement orientées sud et sud-est et son relief est marqué par des coteaux aux pentes relativement douces.

Cette région est représentée par 15 villages viticoles dont Pouillon. Le centre du massif est composé de forêt et en couronne de nombreuses cultures de raisin pour le vin de Champagne. Les petits villages ont gardé un caractère rural et typique

POUILLON : LE VILLAGE

En 850, Pouillon, s’appelait Villa Pullionus, avec pour origine une villa d'un propriétaire gallo-romain, puis Pouillonum et enfin Pouillon vers 1460.

Une chapelle fut construite par les habitants à partir de 1659 sous le titre de « Notre Dame de Bon Désir ». L'église actuelle fut construite certainement en 1741, les reliques de Saint-Gorgon, martyre au ive siècle y ont été déposées. Propriété de l'abbaye de Saint-Thierry, le village obtient son indépendance en 1773 après le grand incendie qui l'avait détruit en 1761. C'est en 1778 que le clocher (qui se trouvait primitivement sur l'église abbatiale de Saint-Thierry) et les bas cotés ont été construits.

En 1774, à Pouillon on comptait 267 habitants, tous laboureurs-vignerons (21 ha de terre, 23 de vignes). En 1862, 376 habitants, 30 à 40 pressoirs fournissaient des vins expédiés vers le nord, le Thiérache et la Belgique. On comptait également 21 laboureurs, 2 fours à chaux, des carrières et une tuilerie-briqueterie. En 1892, Pouillon comptait 277 hectares dont : vignes 40 ha, terres labourables 140 ha, bois 90 ha, marais 7 ha. En 2009, il y a 466 habitants, 51 ha de vignes, 60 ha de terres, 92 ha de bois.

La mairie fut construite en 1837.

              

Personnalité lié à la commune de Pouillon

L'abbé Arthur Haudecoeur qui était curé de Pouillon en 1914, originaire de Louvergny (Ardennes) né le 20 mars 1859, décédé à l'hospice d'Avize le 4 septembre 1915 peu après le bombardement du village, était l’auteur d’une revue intitulée « Revue de Champagne » (revue historique, archéologique, artistique et littéraire qui  paraissait tous les deux mois durant la période de 1908 à 1913).

Une opportunité : l’arrivée du CBR (Chemin de Fer de la Banlieue de Reims), inauguré le 14 avril 1897

 

             

       Moyen de transport le plus rapide pour gagner Reims ou venir à la campagne : (42 minutes de Pouillon pour rejoindre la « Halte des Promenades » à Reims. Grâce au CBR, Pouillon devint  la destination préférée des Rémois qui venaient passer leur dimanche et fréquentaient les Restaurants et les nombreux Cafés.                                      

             

 

Un plan de lotissement 

             

Devant l’affluence et la fréquentation du village, dans la deuxième partie du XIXème siècle il avait été envisagé de Lotir le Parc de belles demeures bourgeoises.Tout un réseau de parcelles et de chemins furent créés, de l’actuel Parc jusqu'à la route reliant  Merfy à Pouillon. Quelques villas ont été construites dont certaines existent toujours, mais la première guerre mondiale est venue mettre fin à ce projet.

Le CBR fut aussi très utile pour le transport de marchandises : bois, vins, betteraves …  et un embranchement en 1919 desservait une Briqueterie située sur la route qui relie Merfy à Pouillon.

Il perdit de son importance avec l’avènement de l’automobile et des bus de transport en commun. La  ligne fut fermée le 31 décembre 1933.

Une vie paisible avant la « Grande Guerre »

              

Les ravages de la première guerre mondiale

            

Un obus Allemand frappa l’arrière de l’Eglise le 28 Octobre 1914, une partie du village sérieusement détruite et le fort ne fut pas épargné.  

Le 11 novembre 1918, l’armistice est enfin signé, Pouillon comme tant d’autres éprouvée par quatre années d’une guerre à laquelle elle a payé le double tribut de ses enfants tués, blessés, disparus, et de ses biens ravagés, mutilés, détruits.

L’entre-deux-guerres : des dates importantes

Le 22 juillet 1927
Une Loi fixe dans ses principes  la délimitation de la Champagne viticole (35 280 hectares). La Champagne fait l’objet d’un recensement complet des “communes propres à produire le vin de l’appellation. Pouillon qui figuraient dans les communes oubliées lors de la délimitation de 1908 peut désormais bénéficier de l’appellation d’origine du champagne.

Le 29 juillet 1936, un Décret confirme et complète la réglementation de l’appellation d’origine Champagne, le bénéfice de l’appellation d’origine contrôlée Champagne qui, à la veille de la seconde guerre mondiale, est désormais bien établie et sérieusement réglementée.

L’activité viticole se développe au sein de Pouillon, malgré la seconde guerre mondiale qui mettra à nouveau le pays à rude épreuve.

En 1951 création de la coopérative des 6 coteaux regroupant des viticulteurs des communes voisines de Pouillon qui quant à elle compte désormais 51 ha de vignes.

Pouillon bien que paisible, reste joyeux :

Un CORSO dans les années 60

                 

La fête du Massif en 1995

                 

                 

La SAINT VINCENT en 2013

                

 

 

 

 

 

 

 

Cormicy Cauroy-lès-Hermonville Berméricourt Loivre Hermonville Villers Franqueux Pouillon Thil Merfy St Thierry Courcy Brimont

{ Lettres d'informations - en attente }

Visitez les autres communes composant la CC Nord Champenois